credit perso, conso, immo

Taux Fixe et taux révisable ?





Dans le secteur du crédit, il existe deux types de taux d'intérêt : le taux fixe et le taux révisable. Le premier ne réserve pas de surprise. Le second, plus risqué fluctue en fonction du taux du coût de l'argent actualisé tous les trimestres ou tous les ans.

Vous souhaitez faire un gros investissement et vous voulez payer le moins d'intérêt possible ? C'est légitime ! Se pose alors la question du choix du taux fixe ou révisable (aussi appelé variable).

Taux fixe : la sécurité !

Le taux fixe est la solution offrant le plus de sûreté. En effet, le taux fixe est comme son nom l'indique sans aucune variation. Autrement dit, pendant toute la durée du prêt, le même taux sera appliqué quelle soit les fluctuations du marché de l'argent.
Deux formules d'emprunts à taux fixe sont possibles : soit l'emprunteur rembourse par annuités constantes (les échéances de remboursement sont identiques pendant toute la durée du prêt), soit le remboursement est par annuités progressives (le taux ne varie pas mais les échéances de remboursement augmentent). Dans les deux cas, le taux reste identique donc sans surprise.

Taux révisables : tout bon ou tout mauvais !

Le taux révisable a été mis en place dans les années 80. Il repose sur un principe essentiel : si le coût de l'argent baisse, le taux appliqué au prêt baisse, si le coût de l'argent monte, le taux appliqué monte. Comment est calculée la baisse ou la hausse ? En fait, un prêt à taux révisable est indexé sur un indice de référence appelé l'Euribor ou Tibeur en français pour Taux InterBancaire Offert en EURos.

Deux Euribor sont utilisés en France par les banques : l'Euribor 3 mois qui comme son nom l'indique est recalculé et mis à jour tous les trimestres et l'Euribor 1 an, recalculé et mis à jour tous les ans. Selon l'indice choisi, la révision du prêt sera logiquement tous les trimestres ou tous les ans.

Si l'indice grimpe de façon significative, il peut faire dépasser le taux d'intérêt d'un prêt au dessus du taux fixe. Si l'indice baisse, l'emprunteur peut espérer au bout du compte gagner quelques % sur le montant global de ses intérêts.

Comme on le voit, le pari est risqué. Pour compenser le risque de hausse, le taux initial est inférieur à celui d'un taux fixe (jusqu'à 2%).

Les nouvelles formules des banques

Sachant que le coût de l'argent est sujet à des hoquets qui sont difficiles à anticiper, les banques ont depuis la création du taux révisable mis en place des solutions mixtes qui limitent les risques des emprunteurs. Deux formules sont principalement proposées dans ce cadre :

le prêt révisable capé : ce type de prêt consiste à proposer un taux de prêt révisable mais dans une limite plafond (cape) prévue par contrat. Ainsi, la marge de manoeuvre à la hausse est sans trop de surprises tout en gardant tous les avantages du taux révisables à la baisse.
le prêt à taux révisable non capé à échéances plafonnées : ce type de prêt consiste à proposer non plus un plafond pour les intérêts mais un plafond pour les échéances à rembourser. Si la hausse des taux est très forte, ce type de prêt prévoit un allongement de la durée du remboursement du prêt. En cas de baisse, l'emprunteur bénéficie de tous les avantages du taux révisables.
Le saviez-vous ?

Sachant que les taux actuels sont historiquement bas, il est préférable d’opter par conséquent comme les 2/3 des emprunteurs pour un crédit à taux fixe.