credit perso, conso, immo

Le crédit immobilier





Le crédit immobilier est aujourd'hui incontournable face à la hausse des prix de l'immobilier de ces dernières années. Comment le choisir ? Avec quel apport personnel et pour quelles échéances ? Un dossier complet pour faire le point !

Vous avez trouvé la maison de vos rêves ? Pour concrétiser votre envie, il vous faut un crédit immobilier ! Oui mais lequel, ou plutôt lesquels ? En matière d'immobilier, le montage du dossier financier est sujet à d'énormes variations selon les situations. En effet, le montant des échéances mensuelles des crédits en cours ne doivent pas dépasser 33% des revenus.

Sachant cela, le montage financier d'un crédit immobilier dépend de nombreux facteurs comme le prix du bien, les revenus disponibles, le montant de l'apport personnel, le cautionnement ou non d'un proche...

Tous ces facteurs peuvent être modulés par des durées de remboursement plus longues ou encore l'octroi de prêts à taux préférentiels dans le cadre d'un plan ou d'un compte épargne logement, du 1% patronal, des prêts sociaux, d'un prêt à taux zéro...

Les emprunteurs mieux protégés

Depuis la loi dite « Loi Scrivener » du 13 juillet 1979, le consommateur est protégé contre les dangers du crédit immobilier. Cette loi s'applique pour tous les crédits immobiliers d'un montant supérieur à 21 343 € dédiés à l'acquisition d'immeubles à usage d'habitation ou à usage professionnel et d'habitation, l'achat de terrains à construire, de parts de sociétés d'immeuble, les travaux de rénovation, ou construction.

La loi porte obligation d'information aux banques avec indication du TEG et proposition d'une offre de prêt claire et extrêmement encadrée. Ce cadre légal a pour but de permettre à un emprunteur de pouvoir comparer des offres de différentes banques en partant sur les mêmes bases. Un délai de réflexion de 10 jours pendant lequel l'emprunteur ne peut accepter formellement l'offre est obligatoire.

Ce délai permet à l'emprunteur de pouvoir comparer et décider quelle sera la banque à laquelle il souhaite confier son projet de financement.

Les crédits immobiliers en chiffres

Selon l'ANIL, « accéder à la propriété exige aujourd’hui un effort financier bien supérieur à ce qui était la règle il y a quelques années : le coût d’une accession représente aujourd’hui, pour un accédant moyen, 5 à 6 années de revenu contre 3 à 3,5 en 1996. » Il n'empêche que le nombre des primo-accédants (nom donné aux personnes devant propriétaire pour la première fois d'une résidence principale) est exceptionnellement haut en France actuellement.

Pourquoi ? En fait c'est en grande partie du fait de la baisse des taux de crédits immobilier (-4% entre 1996 et 2006) qui selon l'Anil a permis « à elle seule d’augmenter la capacité d’emprunt d’environ un tiers pour une même mensualité et une durée de remboursement de 20 ans. » L'effet baisse des taux a provoqué une forte demande qui s'est répercutée sur les prix de l'immobilier en hausse de 10% par an en moyenne depuis 2003.

Pour faire face à cette flambée des prix, l'allongement des durées d'emprunt est ainsi devenue la règle. Ainsi, selon une enquête menée par l'Anil sur les ménages qui ont consulté ses services en 2006, plus des trois quarts des candidats à l’accession envisagent aujourd’hui de s’endetter sur vingt ans ou plus pour financer leur projet (ils n’étaient que la moitié il y a deux ans) et 36 % sur 25 ans ou plus.