credit perso, conso, immo

Investir dans l'immobilier locatif



Lorsque la maison principale est payée, l'investissement dans l'immobilier locatif est une bonne solution de diversification de son patrimoine. Comme de plus cet investissement est soumis à des bonus fiscaux, aucune hésitation !

Un investissement réussi doit s'équilibrer entre des placements à court terme, des placements à moyen terme et des placements à long terme comme la pierre. Quand la résidence principale est finie de payé, il peut être judicieux de poursuivre ses investissements sur de l'immobilier locatif notamment dans le cas où l'imposition est lourde.

Les différents types d'immobiliers locatifs

Il existe deux principales catégories d'immobilier locatif. Soit le bien est loué nu à titre de résidence principale soit il est loué meublé dans le cadre d'une résidence de tourisme notamment ou en gîte, chambre d'hôte...

Dans les deux cas, l'investisseur bénéficie d'un coup de pouce non négligeable de l'Etat au travers des dispositifs défiscalisants. Les biens peuvent être neufs ou anciens avec ou sans travaux selon les cas.

En dehors des dispositifs de défiscalisation, l'immobilier locatif peut aussi être particulièrement rentable notamment s'il s'agit de petits logements très recherchés par les étudiants, de places de parking ou de box ou encore de pas de porte pour des activités commerciales.

Attention : les dispositifs de défiscalisation sont certes alléchants mais les conditions sont souvent draconiennes pour en tirer tous les fruits. Le logement doit impérativement être loué dans des conditions strictes de ressources et de prix de loyer le plus souvent.

Si le contrat avec l'Etat n'est pas respecté à la lettre, gare aux rattrapages du fisc. Si l'investissement n'est pas réalisé à des fins de défiscalisation pure, les soucis générés par la mise à la location des biens au regard du faible rendement (4 à 5% par an) ne vaut pas la peine de dépenser un temps précieux.
Mieux vaut dans ce cas placer ses liquidités en parts de SCPI qui assurent le même rendement annuel mais avec 0 tracas.

L'immobilier locatif loué nu :

il bénéficie des dispositifs de défiscalisation :

- loi de Robien recentré (déduction de ses revenus de 50 % du montant de l’achat d'un logement )

-loi Borloo Populaire (déduction de ses revenus jusqu'à 65% du montant d'achat du logement et des frais afférents)

- loi Besson (déduction forfaitaire des revenus fonciers au titre des frais de gestion de 60%)

- loi Girardin (réduction d’impôts variant de 50% à 70% du montant de l’investissement sur 5 ans pour un investissement dans les DOM-TOM)

- loi Malraux (déduction de son revenu global les déficits fonciers générés par la réalisation de travaux de rénovation dans le cadre des opérations de sauvegarde du patrimoine non classé) et son pendant pour la sauvegarde des monuments historiques (déduction de la totalité des déficits fonciers du revenu global).


L'immobilier locatif loué meublé :

il bénéficie des dispositifs défiscalisants Loi Demessine (déduction de ses impôts de 25% de l'investissement HT réalisé dans le cadre d'une résidence de tourisme située dans un des secteurs dit de « revitalisation rurale ») ainsi que de la Loi Girardin (réduction d’impôts variant de 50% à 70% du montant de l’investissement sur 5 ans pour un investissement dans les DOM-TOM).

Le saviez-vous ?

Comme les résidences secondaires, l'immobilier locatif est soumis à une taxation des plus-values. Celle-ci s'élève à 27% de l'écart enregistré entre le prix d'achat et le prix de vente après application des déductions et abattements d'usage.